Théorème d'Euclide sur les nombres premiers

En arithmétique, le théorème d'Euclide sur les nombres premiers affirme ...



Catégories :

Théorème de mathématiques - Arithmétique élémentaire - Mathématiques élémentaires

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Supposons qu'il existe un nombre fini de nombres premiers p1, p2, ..., pr.... Une alternative à la démonstration d'Euclide, mais qui reprend en fait les .... En physique, on avait vu une démonstration du théorème de ... (source : eljjdx.canalblog)
Euclide

En arithmétique, le théorème d'Euclide sur les nombres premiers affirme :

Il existe une illimitété de nombres premiers.

Le théorème a été appelé selon Euclide. La première preuve écrite retrouvée de ce résultat figure dans les Éléments, proposition 20 du livre IX[1].

Plusieurs démonstrations existent.

Démonstration d'Euclide

Dans ses Éléments, Euclide démontre que de trois nombres premiers différents peut se déduire un quatrième. La démonstration se généralise immédiatement à toute énumération finie de nombres premiers. Il déduit que les nombres premiers sont en nombre plus important que toute quantité finie. L'illimité mis en évidence par cette preuve est par conséquent un "illimité potentiel", compatible avec la doctrine aristotélicienne[2].

Actualisée, sa démonstration se présente comme suit : supposons que p1, p2, p3, ..., pn soit une liste finie de nombres premiers différents. Si N sert à désigner leur produit, les nombres premiers déjà énumérés ne peuvent pas diviser N+1 ; or, tout nombre possède un facteur premier, par conséquent il existe un nombre premier qui ne fait pas partie de la suite donnée. Le résultat selon lequel tout nombre possède un facteur premier est prouvé dans les propositions 31 et 32 du livre VII des Éléments et découle actuellement directement du théorème essentiel de l'arithmétique.

L'argumentation utilisée par Euclide sert à construire par récurrence une suite injective (pn) de nombres premiers : pn est défini comme le plus petit facteur premier de

pk + 1.
k < n

Une variante de cette démonstration a été donnée par le mathématicien allemand Ernst Kummer en retranchant 1 au produit au lieu d'ajouter 1.

Comme le remarque Gérald Tenenbaum[3], la preuve d'Euclide «est trop simple pour être ineffective». De fait, la construction montre que le ne nombre premier pn est inférieur ou égal à 2ˆ{2ˆn}.

Démonstration d'Euler

Euler

Une autre preuve fut proposée par le mathématicien suisse Leonhard Euler. Cette démonstration s'appuie sur le théorème essentiel de l'arithmétique. Si P sert à désigner la totalité des nombres premiers, Euler écrit :

\prod_{p\in P} \frac{1}{1-1/p}=\prod_{p\in P} \sum_{k\geq 0} \frac{1}{pˆk}=\sum_n\frac{1}{n}

On utilise pour cela la somme d'une série géométrique et le développement (unique) en facteurs premiers d'un entier naturel (c'est à dire, le théorème essentiel de l'arithmétique). La divergence de la série harmonique montre tandis que la somme (à droite) tend vers l'infini : par conséquent le produit (à gauche) ne peut être fini, il y a par conséquent une illimitété de nombres premiers.

Théorème de la progression arithmétique de Dirichlet

Article détaillé : Théorème de la progression arithmétique.

Le théorème de Dirichlet généralise le résultat d'Euclide : il affirme qu'il y a une illimitété de nombres premiers de la forme ak + n, où a et n sont des entiers fixés, premiers entre eux. C'est à dire, il existe une illimitété de nombres premiers dans toute progression arithmétique.

Le théorème d'Euclide correspond au cas où a = 1. Il existe des preuves élémentaires pour certains cas spécifiques du théorème de Dirichlet, mais la démonstration complète, qui s'inspire de celle d'Euler pour le théorème d'Euclide, repose sur des arguments avancés d'analyse.

Théorème des nombres premiers

Ce théorème, conjecturé au début du 19e siècle et prouvé en 1896, simultanément et indépendamment par Jacques Hadamard et Charles-Jean de La Vallée Poussin, précise la répartition des nombres premiers. Soit π (x) le nombre des premiers inférieurs à un nombre x, le théorème d'Euclide dit que π (x) tend vers l'infini lorsque x croît. Le théorème des nombres premiers précise que la quantité π (x) / x tend vers 1 / log (x) lorsque x croît.

C'est à dire[4], le ne nombre premier est environ de l'ordre de grandeur de nlog (n) .

La démonstration originelle fait appel à des notions délicates d'analyse complexe, surtout sur la fonction Zéta de Riemann. Il existe aussi désormais des démonstrations plus élémentaires. Des variantes, précisant surtout le théorème de Dirichlet, sont aussi connues.

Article détaillé : Théorème des nombres premiers.

Notes

  1. Euclide, Éléments, Livre IX, proposition 20.
  2. Euclide, Les Éléments, traduction, commentaires et notes de Bernard Vitrac [détail des éditions], vol. 2, p. 444-446.
  3. Gérald Tenenbaum, Introduction à la théorie analytique et probabilistique des nombres [détail des éditions], p. 10.
  4. Gérald Tenenbaum et Michel Mendès-France, Les Nombres premiers, Que Sais-je? 571, Paris, PUF, 1997, p. 11.

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or%C3%A8me_d%27Euclide_sur_les_nombres_premiers.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 10/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu