Suite aliquote

En arithmétique, une suite aliquote est une suite d'entiers dans laquelle chaque nombre est la somme des diviseurs propres de son prédécesseur.



Catégories :

Suite d'entiers - Arithmétique élémentaire - Mathématiques élémentaires

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • magie des nombres : nombres qui sont mariés par la somme de leurs diviseurs. (source : villemin.gerard.free)
  • keywords = {aliquot sequences; sum of divisors; perfect number; amicable pair; sociable numbers; aliquot cycles || suite aliquote ; somme des diviseurs;... (source : hal.inria)
  • Définitions d'aliquote, synonymes, antonymes, dérivés d'aliquote, dictionnaire analogique de ... partie aliquote. - Chaîne aliquote • Suite aliquote... (source : dictionnaire.sensagent)

En arithmétique, une suite aliquote est une suite d'entiers dans laquelle chaque nombre est la somme des diviseurs propres[1] de son prédécesseur. Lorsque la suite atteint 1, elle s'arrête car 1 ne possède pas de diviseur propre.

Ainsi la suite commençant à 10 se comporte de la manière suivante :

u0 = 10
les diviseurs propres de 10 sont 1, 2 et 5.
u1 = 1 + 2 + 5 = 8
les diviseurs propres de 8 sont 1, 2 et 4
u2 = 1 + 2 + 4 = 7
7 ne possède qu'un diviseur propre 1
u3 = 1

Cas spécifiques

L'étude des suites aliquotes met en évidence les cas spécifiques suivants

Relation de récurrence

La suite est définie par la relation de récurrence suivante : pour tout entier n, si un est différent de 1

un + 1 = f (un)

où f est définie de la manière suivante : si N est un entier différent de 1 dont la décomposition en facteurs premiers est

N= \prod_{i=1}ˆkp_iˆ{\alpha_i}
 f(N)=\prod_{i=1}ˆk\frac{p_iˆ{\alpha_i+1}-1}{p_i-1} - N

On remarque que f est définie par

f (N) = s (N) − N

s est la fonction diviseur d'ordre 1

Observations et conjectures

Toutes les suites aliquotes dont le premier terme est un nombre inférieur ou égal à 100 ont été étudiées et s'arrêtent à 1, sauf les suites constantes commençant par les nombres parfaits 6 et 28. La suite la plus longue est alors obtenue pour un premier terme égal à 30.

Une conjecture importante, due à Catalan, stipule qu'une suite aliquote, ou bien se termine à 1, ou bien finit par être constante sur un nombre parfait, ou périodique sur une famille de nombres sociables.

Cette conjecture ne fait pas l'unanimité. En effet, parmi les suites dont le premier terme est un nombre inférieur ou égal à 1000, 5 suites n'ont toujours pas pu être explorées jusqu'à leur terme. Ce sont les suites commençant par 276, 552, 564, 660 et 966. Ces nombres sont nommés les«cinq de Lehmer»[2]. Il existe de même 12 nombres (les douze de Godwin) compris entre 1000 et 2000 pour lesquels les suites aliquotes associées ne sont pas connues.

Il existe des suites aliquotes atteignant des termes astronomiques comme la suite démarrant à 3630 atteignant un nombre à 100 chiffres pour se terminer plus tard à 1[3]. Hendrick Lenstra a démontré qu'on pouvait toujours trouver une suite aliquote croissante sur n termes consécutifs, quelle que soit la valeur de n.

La quantité \frac{u_{n+1}}{u_n} a, elle aussi, été étudiée. La famille des  \frac{f(N)}{N} n'est pas bornée mais Jean-Luc Garambois conjecture que la moyenne des \frac{f(N)}{N} converge vers2 − 6) / 6.

On peut prouver, grâce à la relation de récurrence, que la suite ne change de parité que si l'un des termes s'écrit a2 ou 2a2.

Bibliographie

Notes et références

  1. Les diviseurs propres de l'entier naturel n non nul, sont les diviseurs positifs de n strictement inférieurs à n
  2. Jean-Paul Delahaye, Les inattendus mathématiques, Nombres amiables et suites aliquotes. (ISBN 2842450736)
  3. (en) Manuel Benito, Wolfgang Creyaufmüller, Juan Varona et Paul Zimmermann, Aliquot sequence 3630 ends after reaching 100 digits

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Suite_aliquote.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 10/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu