Nombre p-adique

En théorie des nombres, si p est un nombre premier, un nombre p -adique est un objet mathématique qui peut se concevoir comme une suite de chiffres en base p, peut-être illimitée à gauche de la virgule.



Catégories :

Algèbre - Théorie des nombres - Type de nombre

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Il est le créateur de la théorie des nombres p - adiques. Kurt Hensel soutint en 1886 sa... Dans ce livre, un nombre p-adique est une expression form […]... Le corps des fractions Qp de Zp se nomme le corps des nombres … Lire la suite... (source : universalis)
  • théorie des nombres. Un nombre p-adique est un élément d'un des corps suivants : un des \mathbb Q_p ;; une extension algébrique finie d'un \mathbb Q_p... (source : encyclopedie-enligne)

En théorie des nombres, si p est un nombre premier, un nombre p-adique est un objet mathématique qui peut se concevoir comme une suite de chiffres en base p, peut-être illimitée à gauche de la virgule (mais toujours finie à droite de la virgule). Avec une addition et une multiplication qui se calculent comme pour les nombres décimaux usuels, la totalité des nombres p-adiques forme un corps noté \mathbb Q_p. Un nombre 2-adique est quelquefois nommé «diadique» mais ne doit pas être confondu avec une fraction dyadique. Un nombre 3-adique est quelquefois nommé «triadique».

Chaque corps \mathbb Q_p des nombres p-adiques est construit par complétion du corps \mathbb Q des nombres rationnels quand ce dernier est pourvu d'une "norme" spécifique (au sens anglophone, c'est-à-dire ici d'une valeur absolue) appelée norme p-adique. Cette construction ressemble à celle du corps \R des nombres réels par complétion du corps des rationnels suivant la valeur absolue usuelle.

La principale motivation ayant donné naissance aux corps des nombres p-adiques était de pouvoir utiliser les techniques des séries entières dans la théorie des nombres, mais leur utilité dépasse désormais beaucoup ce cadre. Qui plus est , la norme p-adique sur le corps \mathbb Q_p est une norme non-archimédienne : on obtient sur ce corps une analyse différente de l'analyse usuelle sur les réels, qu'on nomme analyse p-adique.

Construction

Approche analytique

Les nombres réels sont définis comme des classes d'équivalence des suites de Cauchy des nombres rationnels. Cependant, cette définition repose sur la métrique choisie et , en en choisissant une autre, d'autres nombres que les nombres réels peuvent être fabriqués. La métrique utilisée pour les nombres réels est nommée métrique euclidienne.

Pour un nombre premier donné p, on définit la norme p-adique sur \mathbb Q comme suit :

on nomme valuation p-adique d'un entier a non nul (et on note vp (a) ) l'exposant de p dans la décomposition de a en produit de facteurs premiers.
on peut alors construire une valuation pour tout nombre rationnel non nul en posant :
v_p\left(\frac ab \right) = v_p(a) - v_p(b).
On prouve facilement que cette définition est indépendante du représentant du rationnel choisi.
La norme p-adique | r | p d'un rationnel r non nul vaut pˆ{-v_p(r)}.
Si r est nul, on pose | r | p = 0. Ce prolongement est compatible avec l'idée que 0 est divisible par pk pour toute valeur de k, par conséquent que la valuation de 0 serait illimitée.

En quelque sorte, plus r est divisible par p, plus sa norme p-adique est petite (c'est un cas spécifique de valuation discrète, un outil algébrique).

A titre d'exemple, pour r = {63 \over 550} = 2ˆ{-1}\times 3ˆ2\times 5ˆ{-2}\times 7\times 11ˆ{-1} :

|r|_2=2\,
|r|_3={1 \over 9}\,
|r|_5=25\,
|r|_7={1\over 7}\,
|r|_{11}=11\,
|r|_p=1\, pour tout autre nombre premier.

On démontre que cette application a l'ensemble des propriétés d'une norme. On peut montrer que toute norme (non-triviale) sur \mathbb Q est équivalente soit à la norme euclidienne, soit à une norme p-adique (théorème d'Ostrowski). Une norme p-adique définit une métrique dp sur \mathbb Q en posant :

dp (x, y) = | xy | p

Le corps \mathbb Q_p des nombres p-adiques peut alors être défini comme la complétion de l'espace métrique (\mathbb Q, dp). Ses éléments sont les classes d'équivalences des suites de Cauchy, où deux suites sont dites équivalentes si leur différence converge vers zéro. De cette façon, on obtient un espace métrique complet qui est aussi un corps et qui contient \mathbb Q.

Cette construction sert à comprendre pourquoi \mathbb Q_p est un analogue arithmétique de \mathbb R.

Approche algébrique

Dans cette approche algébrique, on débute par définir l'anneau des entiers p-adiques, puis par construction le corps des fractions de cet anneau pour obtenir le corps des nombres p-adiques.

On définit l'anneau des entiers p-adiques \mathbb Z_p comme la limite projective des anneaux \mathbb Z/pˆn\mathbb Z. Un entier p-adique est alors une suite (a_n)_{n\ge 1} telle que a_n \in \mathbb Z/pˆn\mathbb Z et que, si n < m, an = am[pn].

A titre d'exemple, 35 comme nombre 2-adique serait la suite (1, 3, 3, 3, 3, 35, 35, 35 \ldots).

L'addition et la multiplication de telles suites sont bien définies, dans la mesure où elles commutent avec l'opérateur modulo (voir arithmétique modulaire). Qui plus est , toute suite (an) dont le premier élément n'est pas nul a un inverse.

L'anneau des entiers p-adiques ne possédant pas de diviseurs de zéro, il est envisageable de considérer son corps des fractions pour obtenir le corps \mathbb Q_p des nombres p-adiques.

Décomposition canonique de Hensel

Soit p un nombre premier. Tout élément non nul r de \mathbb Q_p (et surtout tout élément de \mathbb Q) s'écrit de manière unique sous la forme :

r = \sum_{i=k}ˆ\infty a_i pˆi

k \in \Z et les ai sont des nombres entiers compris entre 0 et p − 1. Cette écriture est la décomposition canonique de r comme nombre p-adique.

Cette série est convergente suivant la métrique p-adique.

On note \Z_p la totalité des éléments de \mathbb Q_p tels que k\ge 0 et on l'appelle ensemble des entiers p-adiques. \Z_p est un sous-anneau de \mathbb Q_p. On peut représenter un entier p-adique par une suite illimitée vers la gauche de chiffres en base p, alors que les autres éléments de \mathbb Q_p, eux, auront un nombre fini de chiffres à droite de la virgule. Cette écriture fonctionne en somme à l'inverse de ce qu'on a l'habitude de rencontrer dans l'écriture des nombres réels.

A titre d'exemple, avec p = 2 :

Un autre exemple, avec p = 7 :

2 n'a pas de racine carrée dans \mathbb Q mais en possède deux dans \mathbb Q_7, à savoir : \sqrt{2} = .6244246442640361054365536623164112011266421216213_7 et son opposé : -\sqrt 2 = .0422420224026305612301130043502554655400245450454_ 7

Propriétés

Dénombrabilité

La totalité des entiers p-adiques n'est pas dénombrable.

Les nombres p-adiques contiennent les nombres rationnels et forment un corps de caractéristique nulle. Il n'est pas envisageable d'en faire un corps ordonné.

Topologie

La topologie sur la totalité des entiers p-adiques est celle de l'ensemble de Cantor; la topologie sur la totalité des nombres p-adiques est celle de la totalité de Cantor privé d'un point (qui serait naturellement nommé illimité). Surtout, l'espace des entiers p-adiques est compact, alors que l'espace des nombres p-adiques ne l'est que localement. Comme espaces métriques, les entiers et les nombres p-adiques sont complets.

Les nombres réels n'ont qu'une seule extension algébrique propre, les nombres complexes. En d'autres termes, cette extension quadratique est algébriquement close. Par contre, la clôture algébrique des nombres p-adiques est de degré illimité : les corps \mathbb Q_p ont une illimitété d'extensions algébriques non équivalentes. Qui plus est , la clôture algébrique d'un \mathbb Q_p n'est pas complète. Sa complétion métrique est nommée Ωp et elle est algébriquement close.

Le corps Ωp, aussi noté \mathbb C_p, est abstraitement isomorphe au corps \mathbb C des nombres complexes et il est envisageable de considérer le premier comme le dernier, pourvu d'une métrique exotique. Cependant, l'existence d'un tel isomorphisme est une conséquence de l'axiome du choix et il n'est pas envisageable d'en expliciter un.

Les nombres p-adiques contiennent le ne corps cyclotomique si et uniquement si n divise p − 1. A titre d'exemple, les 1er, 2e, 3e, 4e, 6e et 12e corps cyclotomiques sont des sous-corps de \mathbb Q_{13}.

Le nombre e (défini par la série \sum 1/n!) n'est élément d'aucun des corps p-adiques. Cependant, ep (défini par la série \sum pˆn/n!) est un nombre p-adique (sauf si p = 2, mais e4 est un nombre 2-adique), aussi e, défini comme une racine p-ème de ep, est un élément de la clôture algébrique de l'ensemble des corps p-adiques.

Sur les nombres réels, les seules fonctions dont les dérivées sont nulles sont les fonctions constantes. Ceci n'est pas vrai sur les nombres p-adiques. A titre d'exemple, la fonction

f:\mathbb Q_p \longrightarrow \mathbb Q_p,\,x\longmapsto\left\{\begin{matrix} \left({1 \over |x|_p}\right)ˆ2, & \mbox{si }x \ne \mbox{0} \\ 0, & \mbox{si }x=\mbox{0} \end{matrix}\right.

possède une dérivée nulle en tous points, mais n'est même pas constante localement en 0.

Si on se donne les éléments r, r_2, r_3, r_5, r_7 \ldots respectivement membres de \R, \mathbb Q_2, \mathbb Q_3, \mathbb Q_5, \mathbb Q_7 \ldots, il est envisageable de trouver une suite (xn) de \mathbb Q telle que la limite des xn dans \R soit r et , pour tout p premier, elle soit rp dans \mathbb Q_p.

Rationalité

Un nombre positif γ0 est rationnel si, et uniquement si, son développement p-adique est périodique à partir d'un certain rang, c'est-à-dire, s'il existe 2 entiers N \geq 0 et k > 0 tel que \forall n \geq N, a_{n+k}=a_{k} (La suite an représentant le développement p-adique du nombre γ0)


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_p-adique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 10/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu