Loi de réciprocité quadratique

En mathématiques, et plus exactement en théorie algébrique des nombres, la loi de réciprocité quadratique, conjecturée par Euler...



Catégories :

Arithmétique modulaire - Théorème de mathématiques - Entier quadratique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La loi de réciprocité quadratique énoncée par Legendre mais prouvée par Gauss affirme : equation145. où tex2html_wrap_inline701 vaut -1 si et uniquement si p... (source : langevin.univ-tln)
  • Sur la loi de réciprocité quadratique. ∗. O. Serman. 9 novembre 2002. Nous donnons dans ces notes une démonstration de la loi de réciprocité quadra-... (source : math.univ-lille1)
  • Gauss apportera finalement la réponse à la question, par la loi de Réciprocité quadratique. Avant de l'énoncer, introduisons un formalisme commode.... (source : fr.wikiversity)

En mathématiques, et plus exactement en théorie algébrique des nombres, la loi de réciprocité quadratique, conjecturée par Euler et Legendre et correctement démontrée pour la première fois par Gauss, établit un lien entre la résolubilité de deux équations diophantiennes quadratiques voisines d'arithmétique modulaire. Cette loi permet en fait de déterminer la résolubilité de n'importe quelle équation quadratique en arithmétique modulaire.

Énoncés

Premier énoncé

Étant donné des nombres premiers différents p et q impairs, la loi de réciprocité quadratique comprend deux résultats qui dépendent chacun des valeurs respectives de p et de q :

  • si au moins l'un des nombres p et q est congru à 1 modulo 4, alors l'équation d'inconnue x :
xˆ2\equiv p \pmod{q}
a une solution si et uniquement si l'équation d'inconnue y :
yˆ2\equiv q \pmod{p}
a une solution (les deux solutions sont généralement différentes).
  • si p et q sont congrus à 3 modulo 4, alors l'équation d'inconnue x :
xˆ2\equiv p \pmod{q}
a une solution si et uniquement si l'équation d'inconnue y :
yˆ2\equiv q \pmod{p}
n'a pas de solution.

Énoncé avec le Symbole de Legendre

En utilisant le symbole de Legendre, ces deux résultats peuvent être résumés par l'énoncé unique suivant :

 \left(\frac{p}{q}\right) \left(\frac{q}{p}\right) = (-1)ˆ{\frac{(p-1)(q-1)}{4}}

De plus -1 est un résidu quadratique modulo p si et uniquement si le reste de la division de p par 4 est égal à 1. Et 2 est un résidu quadratique modulo p si et uniquement si le reste de la division de p par 8 est égal à 1 ou 7.

Exemples

Avec des nombres premiers

A titre d'exemple, si p vaut 11 et q vaut 19, il est envisageable de ramener le calcul de \left(\frac{11}{19}\right) à celui de  -\left(\frac{19}{11}\right), qui est égal à  -\left(\frac{8}{11}\right) (puisque 19\equiv 8\ (11)). Pour aller plus loin, nous avons besoin de propriétés supplémentaires qui permettent de calculer  \left(\frac{2}{q}\right) et  \left(\frac{-1}{q}\right) explicitement, par exemple :

\left(\frac{-1}{q}\right) = (-1)ˆ{\frac{q-1}{2}}

En utilisant cela, nous ramenons successivement le calcul de  -\left(\frac{8}{11}\right) à  -\left(\frac{-3}{11}\right) (car 8\equiv -3\ (11)), puis à  -\left(\frac{11}{3}\right) et enfin à -\left(\frac{2}{3}\right), ce qui termine le calcul, puisque 2 n'est pas résidu quadratique modulo 3. -\left(\frac{2}{3}\right)=-(-1)= 1. Conclusion : Le résultat étant 1, on en déduit que 11 est résidu quadratique modulo 19. D'ailleurs, on le vérifie immédiatement : 7ˆ2 =49=38+11 \equiv 11 \pmod{19}

Cas général

Déterminons si 219 est un carré modulo 383. Les propriétés du symbole de Legendre montrent que :

\left(\frac{219}{383}\right)= \left(\frac{3}{383}\right)\left(\frac{73}{383}\right)

Une première application de la loi de réciprocité quadratique montre que :

\left(\frac{219}{383}\right)= -\left(\frac{383}{3}\right)\left(\frac{383}{73}\right)

En appliquant toujours la loi de réciprocité quadratique et les propriétés du symbole de Legendre, on obtient :

\left(\frac{219}{383}\right)=-\left(\frac{-1}{3}\right)\left(\frac{18}{73}\right) = -\left(\frac{-1}{3}\right) \left(\frac{2}{73}\right) \left(\frac{9}{73}\right) = \left(\frac{2}{73}\right)=(-1)ˆ{\left(\frac{73ˆ2-1}{8}\right)}=(-1)ˆ{666}=1

Outil de démonstration

Si p est un nombre premier, 5 est-il un carré modulo p ? La loi de réciprocité quadratique nous permet d'affirmer que cela arrive quand p est lui-même un carré modulo 5, c'est-à-dire lorsque p\equiv \pm 1 \pmod{5}

Démonstrations de la loi de réciprocité quadratique

Dans un ouvrage publié en 2000, Lemmermeyer expose l'histoire mathématique des lois de réciprocité en couvrant leurs développements et rassemble des citations de la littérature pour 196 différentes démonstrations de cette loi de réciprocité quadratique.

Les premières démonstrations actuellement reconnues comme complètes sont publiées par Gauss dans ses Disquisitiones arithmeticæ en 1801. Gauss disposait des preuves dès 1796 (à l'âge de 19 ans). La première de ces preuves repose sur un raisonnement par récurrence. Dans sa correspondance avec son élève Ferdinand Eisenstein, Gauss qualifie cette preuve de laborieuse[1].

Une autre démonstration est donnée dans l'article Somme de Gauss. Elle se fonde sur les outils de l'analyse harmonique sur un groupe abélien fini et utilise les caractères des groupes abéliens additif et multiplicatif du corps fini Fp à p éléments.

Une des nombreuses démonstrations, fondée sur un calcul de dénombrement, permit à Thomas Joannes Stieltjes d'élucider le caractère quadratique de -1 et 2 avec une approche élémentaire et élégante[2]. Cette démonstration est proposée ici.

Généralisations

Il existe des lois de réciprocité cubique, biquadratique (c'est-à-dire de degré 4) et ainsi de suite. Cependant la véritable généralisation de toutes ces lois, généralisation monumentale, est la théorie des corps de classes.

Le lemme de Gauss concerne les propriétés des résidus quadratiques et sert dans la démonstration établie par Gauss de la loi de réciprocité quadratique.

Liens externes

Notes et références

Références

  1. Gauß, Eisenstein, and the ``third''proof of the Quadratic Reciprocity Theorem : Ein kleines Schauspiel
  2. Cette démonstration fut publiée dans l'article : T. J. Stieltjes Sur le caractère quadratique de deux Annales de la faculté des sciences de Toulouse 1ière série Tome 11 N° 1 1897 p 5-8 lire

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_r%C3%A9ciprocit%C3%A9_quadratique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 10/03/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu